J---

Les origines préhistoriques du site

Page d'accueil Grand Site de France

Les origines préhistoriques du site

Principalement connu pour son aqueduc romain, le Site du Pont de Gard possède en réalité une histoire bien plus ancienne. L’archéologie nous offre un petit retour dans le temps, à la découverte de son passé préhistorique.

Premières traces de présence humaine, des sites archéologiques de référence

Baume LatroneBaume Latrone (Pont du Gard)

Plusieurs grottes préhistoriques ont été explorées aux alentours de l’aqueduc romain.

Grotte de la Balauzière

La grotte de la Balauzière (classée Monument historique en 1958), située au dessus du Gardon, a été fouillée dans les années 1930 et 1950. Elle a livré les traces d’une occupation humaine datant du « paléolithique moyen » (de 80 000 à 50 000 av. J.C. environ) constituées de restes de faune fossile et d’outils en silex.

Grotte de la Sartanette

La grotte de la Sartanette est une vaste cavité comportant deux entrées. Deux couloirs se rejoignent dans la « salle des Morts ».

En outre, elle a livré une faune fossile de l’époque paléolithique (de 700 000 à 600 000 av. J.C. environ).

On y a découvert aussi des niveaux « néolithiques », c'est-à-dire correspondant à l’installation de premiers agriculteurs sédentaires dans nos régions il y a 7000 ans environ.

Grotte de la Salpêtrière

La grotte de la Salpêtrière (classée Monument historique en 1931). C’est un des sites majeurs de la Préhistoire française.

Connue en tant que gisement préhistorique depuis le 19ème siècle, elle recelait plus de 6 mètres de niveaux d’habitats superposés représentant 20 millénaires d’histoire de l’Homme.

Nos ancêtres du « Salpêtrien », (19.000 ans), chasseurs-cueilleurs, y avaient installés leurs cabanes et leurs campements.

Une des premières gravures animalières sur os découvertes en France y a été trouvée, conservée au Museum d’histoire naturelle de Nîmes.

En rive droite, sa large ouverture sur l’esplanade non loin du Pont du Gard la signale aux visiteurs.

Grotte du Taï

Située dans le vallon de la Sartanette, la grotte du Taï est connue dans la littérature depuis le 19ème siècle.

Elle a fait l’objet de campagnes de fouilles dans les années 1960 et 1970. Depuis 2001, une équipe du CNRS y mène des recherches qui ont permis de reconnaître que la grotte avait été utilisée à divers moments du Néolithique.

La stratigraphie de la grotte documente deux grandes périodes du néolithique :

  • l’une du néolithique ancien (environ 5000 avant notre ère).
  • l’autre correspond au néolithique final (environ 3000 avant notre ère).